Vénus - où nous mènent les étreintes

  • Livres de photographies
  • Textes en français, traduction anglaise sur un feuillet séparé
  • 52 pages
  • 20 reproductions en bichromie
  • 18x22 cm
  • Couverture souple / Reliure apparente
  • Exemplaire numéroté
  • ISBN: 978-2-9555912-9-1
23,69 €
Quantité

Le livre VÉNUS - où nous mènent les étreintes fait dialoguer les photographies troublantes de Linda Tuloup avec un texte sur le désir écrit sur mesure par Yannick Haenel (Prix Médicis 2017). Les portraits du modèle Elisa Meliani - amie de l'auteure - se mêlent à des autoportraits libres et intimes et évoquent ensemble les songes, le trouble des corps nus, des souvenirs immémoriels. Le texte de Yannick Haenel s'écoule entre ces photographies et nous ouvre les portes du jardin des déesses et dieux de l'amour.

"À l'instant du plaisir, un oiseau s'illumine derrière ta nuque. Colombe, tourterelle, je ne sais pas. Peu importe : l'univers s'élance à travers un spasme qui nous donne des ailes. Tout revient et se donne, et se précipite : la fumée, les bois, les étoiles, l'eau de tes dents, la robe noire, la robe d'argent, et ton loup qui te couvre. Où est passée la biche ?" Yannick Haenel

A propos du livre

"Nous étions tombés amoureux de son univers onirique et sensuel dès 2008, nous sommes donc heureux de retrouver Linda Tuloup avec ce charmant conte en textes (de Yannick Haenel) et en images, où le corps féminin avance masqué en sylvestres apparitions. Une ode à la volupté, au parfum boisé doux et enivrant". Julien Bolle, Réponses Photos

"Guidée par une biche, Linda Tuloup déroule une histoire à dormir debout ou couché dans un petit livre-objet aux 500 exemplaires numérotés à la main. Servies par un très joli texte de Yannick Haenel, ces images troublent par leur sensualité qu'une élégante impression en noir et blanc exacerbe davantage." De l'Air, n°74, Printemps 2020.

"Pour la photographe Linda Tuloup et l’écrivain Yannick Haenel, ce basculement des contraintes dans la chaleur d’une présence envoûtante est le signe du passage d’une nymphe, dans un bois de mystère, dans le tissu d’un texte habillé de transparences troublantes, dans une image offerte à la nuit et aux louves." Fabien Ribéry, L'intervalle, 9 Décembre 2019.